Skip to Content

Monthly Archives: avril 2009

Jour 13

Par

 

 

13ème Jour.
Le 1er janvier 2009
Distance parcourue 0 nm
Distance cumulée 268 nm
 
On se lève tard (pour la vie en bateau!) 8h00 du matin, la super grasse matinée…
On traîne un peu, puis Margaret fait un peu de lessive et j’essaie de pêcher. Une grosse loche saute hors de l’eau mais rate le leurre. Magnifique saut tout de même et rare de la part d’un tel poisson. A partir de la plage, une carangue mord. Voilà le repas de midi.
Après la sieste, on décide de nager un peu sur la platier à la recherche de coquillages pour une éventuelle salade. On trouve quelques araignées et des murex. Au niveau du tombant, on croise de beaux perroquets bleus et des bancs de dawas. A la fin de notre récolte, un nouvel orage éclate. On décide de rester dans l’eau où il fait meilleur. L’eau nous crépite sur la tête. Ensuite on retourne au bateau où on avait heureusement fermé les capots au cas où…
En fin d’après-midi le temps se dégage et on décide de partir à terre explorer un peu notre environnement. Dès que l’on quitte la plage, la forêt est sombre et très dense. On y croise des crabes de terre aux dimensions respectables. Finalement on arpente la plage qui est quand même assez longue. On gratte le sable et on trouve des clovisses qui feront un bon apéro prochainement.
 

JOUR

Par

 

10ème Jour.
Le 29 décembre 2008
Distance parcourue 48 nm
Distance cumulée 240 nm
 
Départ de Gatope au moteur (toujours pas de vent). On souhaite passer par l’intérieur du lagon mais la mer est lisse et plombée. Bref on n’a que le GPS pour se faufiler dans un chenal tortueux au milieu du « Plateau de Massacres ». Après un rapide conseil auprès de l’équipage on décide de faire demi-tour et de passer au large. Plus long mais pas de récifs sur la route.
A l’extérieur, la légère brise est pile de face et en plus on a un courant de presque 1 noeud dans le nez. A cette vitesse on risque d’arriver vers 19h30 à Pandop donc de nuit.
Comme le ciel a tendance à s’éclaircir, on retourne dans le lagon par une passe « La coupée de l’Alliance » assez étroite mais jouable.
Voilà il y a eu des remous dans la passe mais nous sommes de retour dans le lagon. Là le vent est mieux orienté et en plus il n’y a plus de courant. Toutefois, on reste attentif car on passe dans une zone cartographiée plus ou moins entre 1881 et 1883. La carte ne nous donne aucune profondeur seulement l’emplacement approximatif des récifs. Tout se passe bien en zieutant assez loin devant. On arrive à la marina vers 17h30.
Accueil sympa et douche eau chaude, eau froide, lave linge, sèche linge 1600F la nuit. Le soir la femme du capitaine de port nous emmène en ville avec sa Berlingo pour quelques courses chez Vival. Ce soir au diner ? Thon bien sûr.

 

jour 12

Par

 

12ème Jour.
Le 31 décembre 2008
Distance parcourue 28 nm
Distance cumulée 268 nm
 
Sur les conseils de Jean-Paul capitaine du port de la marina de Pandop nous partons pour la Baie des croissants appelée baie d’Ohop sur la carte. Cela vaut vraiment la peine nous dit-il.
Ok, ça marche, on y va.
On fait le plein de gasoil et on démarre au moteur, tranquille, direction l’îlot Rat en raison de son profil évocateur.
Le vent se lève légèrement, on navigue à la voile et au moteur. Il fait très beau, la mer est plate. Passé l’îlot Rat, le lagon est plus profond et facile à naviguer. On croise de nombreux îlots qui mériteraient qu’on s’y arrête mais bon il faut avancer.
Un peu avant d’arriver à la hauteur de la Baie de Tanlé, on se retrouve au milieu d’une bande de petits dauphins qui nous offrent un superbe ballet. Au départ ils doivent être plus de vingt, puis quatorze continuent de jouer autour de l’étrave pendant vingt minutes. Pirouettes, descentes en piqué, sauts, natation synchronisée…C’est à ce jour, sans doute, ma plus belle rencontre avec ces sympathiques animaux. SUPER !!
En approchant de la fameuse Baie des Croissants, on aperçoit un superbe nuage d’orage qui se développe sur la montagne. Va-t-on se la prendre ?
Enfin on arrive à la baie convoitée mais le vent est orienté Ouest Nord Ouest. C’est-à-dire qu’il s’engouffre directement dans la baie qui n’offre plus aucun abri. Comme il est maintenant clair que l’orage est pour nous, on préfère retourner à la baie de Tanlé bien abritée quelle que soit la direction du vent.
Nous voilà au mouillage à attendre l’orage.
Ca y est le vent se lève et tourne à l’Est Sud Est par le Sud. La pluie est intense, la surface de l’eau bouillonne. A 15h15 on écoute la météo à la VHF, un éclair déchire le ciel à proximité. Le bruit est impressionnant et le flash quasi simultané. On coupe tout le circuit électrique et on attend.
Le soleil revient doucement, la radio fonctionne et le mouillage a tenu. On repart donc pour la Baie des Croissants.
Nous voilà avec 2 autres bateaux. La baie est vraiment magnifique, sauvage, sable, cocotiers, montagne…
Pour changer du poisson ce soir ce sera canard à l’armagnac et cèpes sautés à l’ail (une odeur de Lozère dans ce coin du Pacifique).
On chante un peu dans le cockpit avec la guitare et dodo

Demain 2009

jour 10

Par

 

10ème Jour.
Le 29 décembre 2008
Distance parcourue 48 nm
Distance cumulée 240 nm
 
Départ de Gatope au moteur (toujours pas de vent). On souhaite passer par l’intérieur du lagon mais la mer est lisse et plombée. Bref on n’a que le GPS pour se faufiler dans un chenal tortueux au milieu du « Plateau de Massacres ». Après un rapide conseil auprès de l’équipage on décide de faire demi-tour et de passer au large. Plus long mais pas de récifs sur la route.
A l’extérieur, la légère brise est pile de face et en plus on a un courant de presque 1 noeud dans le nez. A cette vitesse on risque d’arriver vers 19h30 à Pandop donc de nuit.
Comme le ciel a tendance à s’éclaircir, on retourne dans le lagon par une passe « La coupée de l’Alliance » assez étroite mais jouable.
Voilà il y a eu des remous dans la passe mais nous sommes de retour dans le lagon. Là le vent est mieux orienté et en plus il n’y a plus de courant. Toutefois, on reste attentif car on passe dans une zone cartographiée plus ou moins entre 1881 et 1883. La carte ne nous donne aucune profondeur seulement l’emplacement approximatif des récifs. Tout se passe bien en zieutant assez loin devant. On arrive à la marina vers 17h30.
Accueil sympa et douche eau chaude, eau froide, lave linge, sèche linge 1600F la nuit. Le soir la femme du capitaine de port nous emmène en ville avec sa Berlingo pour quelques courses chez Vival. Ce soir au diner ? Thon bien sûr.