7ème jour
Le 26 décembre 2008
Distance parcourue 32 nm
Distance cumulée 113 nm
 
Finalement on a passé une assez bonne nuit derrière l’ilot Lebris, malgré une légère houle de travers. Il faut dire que la passe de Ouaraï n’est pas bien loin.
Au moment de lever l’ancre, on se rend bien compte que le fond rocheux n’est pas au top. La chaine s’est emberlificotée à deux endroits, mais grâce au guindeau on a pu tout remonter sans encombre.
Il n’y a pas de vent donc on avance au moteur mais au moins les batteries seront bientôt pleines!
Avant de sortir du lagon on met les lignes de traîne. En approchant de la passe on voit à plusieurs reprises des thons jaunes sauter par-ci par-là. On croise les doigts, il y en a bien un qui va se faire prendre et ……ZZZZZZZZZZZ…..une canne se tend, le moulinet déroule son fil.
Ca y est, j’ai la canne en main, je sens la bête qui part à droite, à gauche, rattrape le bateau mais finit par être gaffé par Margaret. Un beau poisson de 10-12kg qui va rejoindre les restes du Tazar dans le frigo.
Le reste du voyage se fait au moteur dans une houle un peu inconfortable.
Le mouillage de Bourail dans l’embouchure de la Nessadiou est normalement un peu délicat, mais grâce au GPS et la carte électronique c’est presque un jeu d’enfant, un jeu vidéo. Il faut toutefois être un peu attentif pour éviter le « game over » fatal.
Le mouillage est confortable mais parfois sillonné par des « cow-boys » en moto-marines qui s’amusent à nous raser les moustaches…
Le sashimi de thon est vraiment bon.